Pour une primaire à la française: présentation de l'essai de Terra Nova

Publié le par Equipe Terra Nova

En marge des Universités d'été de la Rochelle, Terra Nova tenait une conférence « off » à deux pas de l'espace Encan, pour présenter son essai sur les primaires.

 

Compte rendu :

La conférence commence à 18h précise. Michel Rocard, Président du Conseil Scientifique réalise l'introduction. Il explique que Terra Nova est le lieu de réflexion collective qui manquait à la gauche. Réunir des intellectuels dans un lieu d'expertise constitue une donnée indispensable de la rénovation de la gauche et du Parti Socialiste. L'ancien Premier Ministre salue la « colère intellectuelle » d'Olivier Ferrand et la création de cette structure.

Après le discours d'ouverture de Michel Rocard, Matthias Fekl, le rapporteur du groupe prend la parole. Il explique d'abord le fonctionnement du groupe de travail sur le « projet Primaires ». Des chercheurs, fonctionnaires ou encore des hommes politiques de chaque courant se sont réunis pour dialoguer et confronter leurs idées. Les réunions de groupe étaient très sérieuses et malgré de sensibilités politiques différentes des membres au sein du Parti socialiste, le courant a bien pris. Le rapporteur du projet explique ensuite la structure de l'essai. Il comprend trois parties : d'abord une analyse de la sélection du candidat au sein du Parti socialiste, puis une étude du mode de désignation du candidat de la gauche dans différents pays ayant développé des systèmes innovants, et enfin les propositions du rapport.

Olivier Ferrand, Président de Terra Nova et co-président du groupe de travail présente les conclusions de l'essai. La fondation propose deux modes de désignation du candidat aux présidentielles :

- Une primaire « parlementaire » : un leader du parti est désigné dans le Congrès qui suit l'élection présidentielle, et un congrès un an avant l'élection suivante doit lui confirmer son statut de leader.

- Une primaire « présidentielle » : au cours de laquelle le candidat du PS est sélectionné un an avant l'élection dans de grandes primaires, dont le vote est ouvert aux sympathisants.  Le vote pourrait avoir lieu avant l'été, et les universités d'été de la Rochelle tiendraient alors lieu de « convention ».

Aurélie Filippetti confirme la bonne ambiance et le sérieux des groupes de travail. Elle explique à son tour son soutien à l'ouverture aux sympathisants, tout en nuançant certaines analyses, comme celle sur la convention. Elle corrobore les propos d'Olivier Ferrand sur le manque de préparation des Primaires en 2006. Les règles du jeu n'étaient pas fixées à l'avance. En conséquence, chacun des candidats défendaient l'instauration de règles pour des raisons politiques.



 

La salle peut ensuite poser des questions.



 

Gaëtan Gorce, présent dans la salle, et qui avait été l'un des défenseurs du modèle de primaire de type « parlementaire» défend son idée.

A la suite d'une critique du quinquennat, le maire de Marmandes, présent dans la salle et qui avait travaillé sur le sujet, explique les changements nécessaires à son sens, que le quinquennat a établi.

Jean-Jacques Urvoas, député du Finistère, pose une question sur le financement de la primaire. Matthias Fekl explique que la solution retenue est le financement par les candidats.

Finalement, la salle comble se vide et tout le monde se retrouve dans une ambiance détendue devant le stand Terra Nova à la sortie.

Publié dans Billets

Commenter cet article